Qu’est ce qu’un sophisme ?

Un sophisme est une pseudo argumentation. C’est un argument qui semble empreint de rigueur mais qui  possède une logique fallacieuse.

Le sophisme est en général un argument oratoire prononcé avec l’intention de tromper l’auditoire.

Dans la Grèce antique, les sophistes enseignaient l’art de la rhétorique en utilisant conjointement dans leurs discours éloquence et persuasion afin de convaincre. Le sophisme dérivé du latin sōphisma, est étymologiquement une habileté de langage , un raisonnement trompeur. L’évocation sophistique est consciente, subtile destinée à tromper l’auditoire pour mieux défendre une démonstration.

Mais depuis Aristote et ses « Réfutations sophistiques », un certain nombre de philosophes  dont Bacon, Mill, Bentham ont mis au point une classification des sophismes afin de pouvoir analyser et contrer l’argumentaire sophistique.

Ainsi selon les thèses nous pouvons retrouver dans les sophismes différents types d’argumentation:

  • l’argumentum ad hominem : consistant à confondre la thèse et son auteur avec ses variantes : l’argumentum ad hominen est un argument contre l’homme établissant un lien entre la personne qui argumente et le fond de l’argument afin de discréditer la personne émettant l’argument.
  • l’argumentum ad personam qui est formulée contre la personne elle-même et non contre sa thèse. L’argumentation attaque la personne avec toute la partialité nécessaire, blessante nécessaire exemple : « Tu nous parles du travail mais tu ne peux pas en parler car tu touches le chômage ».
  • l’argumentum ad hominem avec sa variante l’argumentum ad personam vise clairement à discréditer la légitimité de la personne mais la conclusion n’est pas recevable, on peut très bien parler de la notion de travail en général sans avoir jamais été employé. On peut très bien décrire les techniques architecturales de construction des églises au moyen âge sans pour autant avoir vécu à cette époque par exemple. Si en plus il est ajouté quelques invectives méprisantes, la stratégie oratoire est vite dévoilée : la personne est attaquée pour elle même mais non son argumentaire…
  • l’argumentum ad hominem circumstantiae : est un sophisme qui discrédite la personne en se basant sur son passé et ses convictions: «  faites ce que je dis pas ce que je fais ».

Ces arguments qualifiés de sophismes sont bien évidemment trompeurs ; en effet la véracité d’une idée ne dépend pas des contradictions liées au passé de la personne. Même si la valeur de l’honnêteté est défendue par une personne reconnue coupable de malhonnêteté, cette valeur n’en reste pas moins défendable.

Mais les sophismes sont nombreux et s‘adaptent à la réalité économique, politique du moment.

Nous trouvons dans le cadre de l’observation géopolitique l’argumentaire du sophisme du complot; en effet si une mise en examen d’une personnalité politique profite dans les sondages à son concurrent politique, la personnalité mise en examen ou ses amis politiques vont tirer la conséquence que la personnalité adverse a hourdi le complot. Le lien causal est supputé mais non avéré, il faudrait une longue enquête pour prouver le complot ou démontrer le contraire.

Il est important dans un argumentaire reçu à charge de pouvoir identifier les sophismes de façon à démasquer ce type de stratagème oratoire pour pouvoir retourner contre l’orateur adverse une véritable logique argumentée. Difficile à faire dans le jeu oratoire de l’immédiateté de la réponse mais cela reste possible dans la mesure où ces mécanismes oratoires très anciens que sont les sophismes sont parfaitement reconnaissables. Il faut donc s’efforcer d’analyser très vite dans ce jeu de la rhétorique, quelles sont les contradictions du contradicteur ou comme le préconise Schopenhaueur utiliser ces mêmes sophismes lorsque l’adversaire est jugé supérieur comme porte de sortie ou contre attaque oratoires.

Christine

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *